Quel sol faut-il pour construire pour un abri de jardin ?

Choisir de construire un abri dans votre jardin est une nouvelle étape dans l’aménagement de votre extérieur. C’est pourquoi l’emplacement et la construction doivent être bien pensés. Avant de commencer d’éventuels travaux, il faut être sûr de l’abri de jardin que vous souhaitez installer, en résine, en bois, en métal… Une fois que vous avez opté pour un style d’abri de jardin et délimité votre emplacement, il ne reste plus qu’à choisir le type de sol à réaliser.

Préparer le sol

Avant de commencer, et peu importe le type de sol que vous choisirez, votre sol doit être prêt, c’est-à-dire nivelé. Il convient tout d’abord d’arracher les herbes, éventuellement de désherber le futur emplacement. Retirez les pierres et ratisser la surface. Cela signifie de bien vérifier que le sol est droit à l’aide d’un niveau à bulle et aussi de ficelles tendues à ras entre plusieurs piquets. Le mieux est de tasser, ensuite la terre, grâce à un rouleau. Il est aussi possible d’attendre plusieurs jours, si vous n’êtes pas pressé, car le sol se tassera de lui-même, notamment sous l’effet de la pluie.

Le plancher sur dalle en béton

La réalisation d’une dalle en béton est un peu longue, il est conseillé de bien respecter toutes les étapes. La dalle en béton est le socle le plus solide et supporte tous types de matériaux, c’est également la solution la plus souvent choisie par les bricoleurs. Pour commencer, il est nécessaire de délimiter les dimensions du support, en prévoyant des dimensions supérieures à celles de l’abri de jardin. La première étape est de creuser le sol en un rectangle, sur une profondeur allant de 7 cm minimum jusqu’à 25 cm, selon le type de sol. Ensuite, et au sein de ce rectangle, il convient de réaliser un coffrage en bois qui dépassera de la surface de votre rectangle afin que la dalle en béton se situe à un niveau supérieur à celui de votre terrain. Une fois votre coffrage terminé et étanche, vous pouvez couler votre béton et l’aplanir. Vous pourrez retirer ensuite le coffrage. Une fois que le tout sera sec, vous pourrez alors installer votre abri de jardin en toute sécurité.

Le plancher en bois

Concernant la préparation du sol, elle est la même, quel que soit le mode de sol choisi. Votre sol sera donc toujours propre et nivelé avant de commencer. Deux solutions s’offrent à vous pour poser votre plancher en bois. Pour la fondation, vous pouvez soit opter pour des piliers en bois, soit opter pour des plots de fondation. Ces derniers peuvent être soit en métal, soit en plastique. Le plot réglage (de fondation) est probablement le système le plus efficace. Il faut savoir qu’un plot en plastique peut supporter une tonne. Cependant, il existe un autre type de plot en métal (réglable, avec vis et écrou de serrage), aussi appelé « plot spécial avec support lambourde » qui est parfait pour soutenir votre abri de jardin. Pour insérer les plots, il est primordial de percer le sol à l’endroit souhaité, à l’aide d’une tarière équipée d’une virile de 10 à 12 cm. Ensuite, il vous suffit de visser le plot à l’aide d’un tournevis (ou si vous préférez, d’une visseuse électrique). Le plot de fondation est ultra robuste, il résiste aux intempéries jusqu’à -50 ° ainsi qu’à la corrosion. Enfin, il convient pour plus de sécurité de couler un peu de béton dans les trous laissés par le perçage des plots. Il faut alors s’assurer que le tout forme une surface horizontale. Vous pouvez maintenant poser l’ossature du plancher bois et montez l’abri de jardin à votre rythme !

Le plancher sur parpaings

Réaliser un plancher sur parpaings pour votre futur abri de jardin demande du temps et de la précision. Ce type de pose ne s’appliquera néanmoins, que pour des abris fournis avec plancher. De plus, il est conseillé de ne pas poser ici un abri de jardin de plus de 15 m2. Pour commencer, il convient de décaisser la terre sur 20 cm de profondeur, sur une zone légèrement plus grande que les dimensions de votre abri de jardin. Ensuite, vous devez effectuer un lit de cailloux ou de sable de 5 cm. Afin d’obtenir une surface homogène, tassez bien le tout. Placez alors vos parpaings en commençant par les coins et en les disposants de façon à respecter un espace de 30 cm entre chacun d’entre eux. Vous devez avoir en face de vous comme un damier prêt à recevoir votre plancher bois. À ce stade, assurez-vous bien à l’aide de votre niveau à bulle, que l’ensemble est parfaitement droit. Ensuite, il est temps de couler votre béton sur, et tout autour de vos parpaings. Certains ne stabilisent pas tous leurs parpaings, mais simplement ceux des coins et du centre. Fixez alors vos lambourdes entre elles à l’aide de vis inoxydables. Vous pouvez aussi encoller vos tasseaux directement sur les parpaings à l’aide d’un peu de béton. Votre sol est enfin prêt pour accueillir votre plancher bois. Cette méthode est préconisée lorsque le terrain est humide et peu stable.

Le plancher en dalle gravillonnée

L’avantage du plancher en dalle gravillonnée c’est qu’il est ultra stable et fixe. Il est également perméable à l’eau. Bien entendu, vous devez toujours nettoyer et niveler votre terrain. Ensuite, il convient de décaisser sur environ 15 cm. Recouvrez ensuite d’un film géotextile. Il est ensuite nécessaire de poser deux chevrons à hauteur inférieure des dalles, lorsque celles-ci seront posées. Vous pouvez ensuite remplir de graviers et les étalez correctement à l’aide des chevrons. Retirez ensuite les chevrons en remplissant les trous laissés par ces derniers, avec du sable. Certains se passent des chevrons pour utiliser des joints de dilatation. Ceci est un choix moins sûr et plus cher. Voilà ! Il ne vous reste plus qu’à poser vos dalles qui vous serviront de plancher, pour votre abri de jardin.

La réglementation en matière d’abri de jardin

Avant de commencer quoi que ce soit, il convient d’aller se renseigner à la mairie de sa commune. En effet, il faut mieux vous assurer avant de poser votre abri de jardin, que votre terrain ne soit pas soumis à une réglementation particulière en matière d’urbanisme. Certaines normes définissent à l’avance les hauteurs, les couleurs ou l’implantation des abris de jardin. Ces normes varient en fonction des communes ou même des lotissements. Avant d’effectuer des démarches administratives, il faut savoir que des notions de vocabulaire ont été modifiées par le décret du 1er mars 2012. Il convient de différencier la surface de plancher à l’emprise au sol. La surface de plancher correspond à la somme des surfaces couvertes et fermées par des murs dont la hauteur de plafond est supérieure à 1,80 mètre. Ici, on ne prend pas en compte l’épaisseur des murs. Quant à l’emprise au sol, elle comprend l’ensemble de l’espace utilisé par le bâtiment. C’est-à-dire que l’emprise au sol inclut l’épaisseur des murs extérieurs, les gouttières et tous les autres éléments dépassants de cette même structure, comme les avancées et les débords de toits.

Les démarches administratives à effectuer avant de construire un abri de jardin

Si votre abri de jardin possède une surface (une emprise au sol) inférieure à 5 m2 et que sa hauteur est inférieure ou égale à 12 mètres, alors aucune démarche n’a besoin d’être effectuée. À partir de 5 m2 et entre 5 et 20 m2, vous êtes dans l’obligation d’effectuer une demande préalable de travaux. Cette demande s’accomplit auprès de votre mairie. Enfin, si votre abri de jardin a une surface (une emprise au sol) supérieure à 20 m2, et/ou s’il est attenant à votre maison, alors il est obligatoire de déposer un permis de construire. Les documents sont disponibles sur le site internet de votre commune ou sur celui du ministère de l’Équipement. Vous avez par ailleurs, la possibilité d’être accompagné par un conseillé à l’urbanisme de votre mairie. Par rapport à vos voisins, la règle générale qui consiste à respecter 3 mètres entre votre abri de jardin et la clôture de votre voisin s’appliquera ici. Il est néanmoins conseillé de vous renseigner avant de commencer, soit auprès d’un syndic de copropriété, s’il en existe un, soit auprès de votre mairie. Une fois encore, il existe parfois des exceptions, des cas particuliers qui définissent une norme précise, et ça serait dommage d’avoir à déconstruire ce que vous avez si bien construit

Pour avoir plus d’informations sur les abris de jardin, n’hésitez pas à venir consulter le site www.plantes-et-jardins.com

L’arrosage automatique du gazon : que choisir ?

Votre gazon a besoin d’être arrosé au même titre que les fleurs et les autres plantes. Il existe à cet effet de différentes méthodes d’arrosage pour assurer la bonne croissance du gazon. Entre autres on a : l’arrosage manuel et l’arrosage automatique. Il ne suffit pas faire un bon arrosage pour garantir la bonne évolution du gazon, il y également d’autres paramètres à prendre en compte comme la façon d’arroser et le moment de l’arrosage. En matière de jardinage, il existe des professionnels comme Gardena qui peuvent vous faire des recommandations par rapport à votre système d’arrosage.

Continuer la lecture de L’arrosage automatique du gazon : que choisir ?

Un anti-mousse naturel pour votre gazon

L’entretien de votre pelouse requiert quelques fois des efforts supplémentaires, spécialement lorsque cette dernière est envahie par la mousse ou tout autre mauvaise herbe. Il faut alors prendre des mesures pour permettre à votre gazon de redevenir tout vert et tout frais comme à ses débuts. La mission de lutte contre la mousse peut sembler difficile voire impossible à gagner. Pourtant, il n’en est rien !

Continuer la lecture de Un anti-mousse naturel pour votre gazon

Pourquoi faut-il fertiliser son sol avant de semer du gazon ?

Avant toute culture, le sol a besoin d’être travaillé, d’être préparé. C’est la raison pour laquelle il existe des méthodes de préparation d’un terrain avant toute activité sur ce dernier. La préparation sert à réparer le sol en général, lui apporter les éléments qu’il ne possède plus qui sont pourtant nécessaires pour la culture des plantes, rajouter d’autres éléments qui seront bénéfiques lors de la culture d’une plante en particulier. De cause à effet, un sol a besoin d’être remué et enrichi avant la culture du gazon. Pour ce faire, il faut passer par des étapes que nous étudierons ici.

Continuer la lecture de Pourquoi faut-il fertiliser son sol avant de semer du gazon ?

La courgette : un légume sensible à la musique

Les fruits et légumes sont excellents pour la santé, ceci est connu de tous ! Les apports en vitamines, minéraux et calories sont nécessaire à la bonne croissance des touts petits et au bon fonctionnement de l’organisme des plus grands. Il peut arriver que l’on préfère certains fruits ou légumes sur d’autres, il n’en demeure pas moins que tous sont bénéfiques. La courgette quant à elle est un légume de la famille de cucurbitacée, elle est d’apparence lisse et de couleur vert foncé, elle est faite d’eau à 95%.

Continuer la lecture de La courgette : un légume sensible à la musique

Le compost c’est facile !

Le compost est un mélange de résidu qui enrichi la terre.

Dans le compost j’y jette tous les restes non animalier (j’y jette aussi également les coquilles des œufs) des préparations et des restes de repas, notamment les épluchures de légumes, l’herbe de la tonte des pelouses, les branchages et feuilles de tous types d’arbres, les branches des haies (elles peuvent aussi servir en hiver comme paillage), les cendres de la cheminée etc… tout est bon pour le compost à partir du moment où l’origine est saine.

Ajoutez-y de la terre de temps en temps (une couche de déchet, deux couches de terre).

Continuer la lecture de Le compost c’est facile !