Les maladies courantes du laurier rose

Le laurier rose a ses spécificités dans le jardin. Vous avez remarqué quelque chose d’anormal sur les feuilles ou sur lez fleurs de votre laurier rose ? Il se peut qu’il ait contracté une maladie. On passe en revue pour vous les maladies les plus courantes du laurier rose, cette plante robuste mais toutefois sujette aux aléas de la vie de jardin.

Les spécificités du laurier rose

Le laurier rose est connu pour sa résistance à la sécheresse. Nerium Oleander, de son nom latin, se cultive très simplement. Toutefois, le laurier rose peut développer des pathologies et des maladies qui peuvent pourtant être prévenues et traitées.

A voir aussi : Connaissez-vous les roses qui ne fanent pas ?

On retrouve le laurier rose dans de nombreuses haies et jardins chez les particuliers, car ses feuilles et ses fleurs sont belles et fournies, ce qui offre de belles possibilités d’aménagement. Si vous avez remarqué un aspect anormal sur vos lauriers roses, pas de panique. On vous parle des maladies les plus courantes du laurier rose ainsi que de leur prévention.

Feuilles jaunes sur laurier rose

Des feuilles jaunes sont apparues sur votre laurier rose ? Pas très seyant… Mais est-ce pour autant une maladie ? Observez votre laurier rose : si le reste de l’arbuste de laurier rose semble en bonne santé et que seules les feuilles jaunissent, c’est peut-être le signe d’un manque. Pour cela, naturellement, seuls certains endroit auront jauni. SI tout l’arbuste a jauni, il est peut-être trop tard.

A lire en complément : 5 alternatives pour lutter contre les chenilles naturellement

Les feuilles jaunes sur un laurier rose peuvent être le signe que votre laurier rose manque de nourriture. S’il est en pot, rempotez-le et donnez-lui des nutriments, une bonne terre.

Solution : surfaçage du laurier rose en pot

Remplacez donc la couche supérieure de terreau et procédez à un surfaçage de terre et compost.

Cette opération s’effectue de préférence avant la période de croissance du laurier rose, entre le mois d’avril et le mois d’octobre. De l’engrais à libération lente peut ensuite très bien faire l’affaire : à placer durant toute la période de croissance du laurier rose. Ces engrais riches en potasse apportent ce dont le laurier a besoin : votre laurier rose repartira en super forme.

Surveillez l’exposition de votre laurier rose : parfois, quelques feuilles jaunes ou jaunies sont le simple signe d’un manque d’eau et d’une sécheresse de l’arbuste. Ne laissez pas trop longtemps votre laurier rose en souffrance, au risque de le perdre. En pot et en bac, le laurier rose aime bien l’arrosage : tous les deux jours en pleine période estivale, en fonction des chaleurs observées. En hiver, l’arrosage n’est pas très apprécié.

Le problème des escargots sur le laurier rose

Le laurier rose se fait régulièrement coloniser par les escargots. En petite quantité, le laurier rose offre un vrai refuge pour nos amis à coquilles… Mais tout le monde n’apprécie pas leur présence. Les années à printemps et à automne doux et humide, les escargots peuvent particulièrement proliférer.

Les jeunes pousses du laurier rose peuvent souffrir de cette envahisseur : parfois, on note même des dégâts considérables sur les arbustes. Les escargots dévorent avec appétit les nouvelles pousses tendres du laurier rose, qui ne sont absolument pas toxiques pour lui, à la différence des humains et des animaux de compagnie.

Solution : la collecte d’escargots !

Cela peut paraître assez intrigant, mais pourquoi tuer les escargots si on peut simplement les collecter et les relâcher plus loin ? Amusez-vous à cela, le matin ou le soir, en famille, avec les enfants. Si tout le monde s’y met, cela fera un travail efficace. Relâchés ailleurs dans un endroit où ils ne seront pas nuisibles au jardin, ils trouveront leur bonheur.

Les insectes et les parasites du laurier rose

Dès l’arrivée du printemps, les pucerons (petits parasites jaunes ou vert clair) se démultiplient et se font une joie de coloniser le laurier rose. Ils s’installent sur les jeunes feuilles et sur les fleurs de laurier rose et n’en démordent pas !

Avec les pucerons vient en général lapparition de dépôts noirs sur les feuilles. Ce dépôt est un champignon microscopique appelé fumagine et empêche le bon déroulement du processus de photosynthèse. Ceci ne favorise pas du tout le développement naturel du laurier rose, en pleine période de croissance.

Solution : un insecticide naturel

Oui, nul besoin de recourir à des produits trop toxiques ou nocifs, l’insecticide peut être fait de manière naturelle. Faites votre mélange de savon noir (3 cuillères à café), d’eau (1 litre) et d’huile végétale (quelques gouttes) et vaporisez / pulvérisez partout où l’arbuste présente des signes de colonisation des pucerons.

Se débarrasser des cochenilles

Les cochenilles sont les ennemis du jardinier. Mais pas de panique, même sur le laurier rose, elles peuvent être gérées. Le laurier rose étant une plante méditerranéenne, elle est sujette à l’invasion de cochenille, que ce soit la cochenille noire ou la blanche.

La cochenille vient se loger sur les feuilles (revers) et les tiges du laurier rose. La cochenille est redoutée de tout bon jardinier car elle se nourrit de la sève de l’arbuste. Sur un laurier rose ou sur un olivier, vous aurez le même problème. La sève de l’arbuste étant présente en moins grande quantité, l’arbuste est affaibli et ne pourra pas connaître de croissance normale et régulière.

La cochenille blanche

La cochenille blanche est moins fréquente que la cochenille noire mais tout aussi embêtante. Elle ressemble à des amas farineux et blancs qui apparaissent dans les endroits trop secs et chauds. Ainsi, au moment d’hiverner vos plantes et votre laurier rose en pot, faites attention à ne pas le placer dans un endroit trop sec et chaud.

Pour traiter le problème de cochenille, la même solution utilisée pour lutter contre les pucerons sera efficace. Les parasites et autres insectes disparaîtront peu à peu.

Les autres maladies du laurier rose

D’autres maladies existent et peuvent affaiblir vos lauriers roses.

La fumagine

On vous a parlé de la fumagine, cette maladie très facilement reconnaissable. En pot ou en pleine terre, les arbustes de laurier rose sont aussi sensibles à ce champignon microscopique. Celui-ce se développe sur le miellat des insectes piqueurs et suceurs de sève (pucerons, cochenilles) et peut entraver le bon développement de votre laurier rose.

La solution contre la fumagine :  si vous voyez apparaître ces dépôts noirs et poisseux, sont évidemment de s’intéresser à la cause et non de traiter le symptôme. Il faudra donc éliminer les insectes responsables des secrétions de miellat. Les feuilles abîmées et noires peuvent ensuite être passées au chiffon doux imbibé de solution aqueuse avec du savon noir. Cette opération doit absolument être réalisée tôt le matin ou tard le soir : le soleil n’agira pas sur la solution et ne brûlera pas votre plante.

Les taches sur les feuilles

La présence de taches sur les feuilles de votre laurier rose peuvent indiquer une maladie. Le limbe des feuilles est atteint, les taches sont circulaires et le feuillage finit par être troué ça et là. Si vous remarquez cela, vous êtes sans doute en présence d’une maladie des taches foliaires, très spécifique aux lauriers roses.

Le responsable ? Un champignon dénommé le Phyllosticta. Il peut s’étendre sur une seule zone restreinte ou prendre toute la feuille. Les feuilles atteintes par le Phyllosticta finissent par se corner, mourir et tomber.

Le Phyllosticta se développe en milieu humide et frais. Si par exemple vous traversez un hiver ou un printemps frais et pluvieux et que votre sol est très mal drainé et aéré, vous savez à quoi vous attendre.

La solution contre le Phyllosticta : drainer le sol, avant tout. Rendez votre sol moins compact afin que l’eau en surplus circule librement. Faites un apport de compost, de sable et n’hésitez pas à utiliser de la bouillie bordelaise en pulvérisation, selon les conditions météorologiques.

Faites attention à bien ramasser les feuilles malades au sol. Elles favorisent la propagation du champignon, qui lui, ne meurt pas en même temps que les feuilles de la plante.

Partager