Comment cultiver un kiwi ?

Le kiwi est un fruit très particulier qui se cultive désormais dans nos régions. C’est une liane et non pas un arbre, qui doit réunir plusieurs conditions pour pouvoir produire des fruits. Envie de cultiver vous-même vos propres kiwis ? On vous explique comment faire pour cultiver le kiwi.

Le kiwi, un fruit issu d’une liane

Si l’on trouve très facilement le kiwi dans nos assiettes aujourd’hui, il faut savoir qu’il n’en a pas toujours été ainsi. Le kiwi nous vient tout droit de Chine et plus particulièrement de Chine centrale. Ce fruit pousse sur une liane assez indisciplinée de nature, appelée Actinidia. C’est un plante relativement rustique qui résiste à des températures pouvant aller jusqu’à  – 20 °C.

Lire également : Comment bien conserver ses légumes ?

Présente sur notre continent européen depuis un siècle environ, elle fait des sarments et s’acclimate plutôt bien. L’actinidia a réussi à retrouver des conditions météorologiques favorables à son développement : c’est pour cela que l’on trouve même des zones de production de kiwis en France, dans le bassin de l’Adour, au sud des Landes. Le climat y est doux et humide, tout ce qu’il fait au kiwi et a l’actinidia pour pousser en toute sérénité.

Les conditions idéales de culture du kiwi

Avant tout chose, il faut savoir que l’actinidia nécessite plusieurs critères pour pouvoir donner le fruit que l’on connaît. L’actinidia étant une espèce de plante dioïque, elle doit, comme le ginkgo ou encore le cycas rencontrer son alter ego pour faire des fruits.

A voir aussi : Jardin : que planter et semer en Avril ?

Lorsque vous achetez un actinidia, il faut donc prévoir une plante aux fleurs mâles et plusieurs pieds de plantes à fleurs femelles. En pépinière, les revendeurs ont parfois des plants d’actinidia qui sont auto-fertiles, ce qui reste rare mais assez innovant. Ceci signifie qu’en achetant une seul pied d’actinidia, la plante va à la fois porter les fleurs femelles et la fleur mâle.

Mâle, femelle et hybride

À la rencontre des deux sur ces pieds d’actinidia “solo”, “solissimo” et “jenny”, la plante produit alors des fruits en quantité ! Le principe est intéressant même s’il s’éloigne de la nature de l’actinidia et de sa particularité assez étonnante. Cela permet notamment aux personnes possédant un petit jardin d’économiser de la place et d’avoir quand même des kiwis.

Une plante pleine de vigueur

La liane Actinidia responsable de la production de kiwis est exceptionnellement vigoureuse et rustique. Avec ses branches tout enchevêtrées, ses grandes et larges feuilles qui ressemblent à des cœurs et ses jeunes sarments hérissés, l’actinidia peut rapidement prendre de la place. Il est important de penser à effectuer la taille de votre actinidia chaque année afin de lui redonner du peps mais aussi de contrôler sa croissance.

Si votre kiwi se plaît chez vous et que les bonnes conditions sont réunies pour sa croissance, il peut se développer de manière assez incontrôlée et produire des kiwis en très grand nombre. Quand on achète un kiwi, il faut se préparer à ce genre d’évolution rapide et fascinante.

L’environnement idéal pour cultiver le kiwi

Les pieds de kiwis ou actinidia apprécient les terres légères mais aussi bien drainées et profondes, sans trop de rocaille. L’actinidia aime l’humus frais et riche, comme si vous le mettiez dans un sous-bois. Evitez donc les sols rocailleux, calcaires, qui favorisent une croissance très difficile voire la chlorose de la plante.

Pour bien cultiver son kiwi, évitez aussi le plein soleil, car les feuilles d’actinidia n’apprécieront guère de griller. Une exposition est ou sud-est est idéale, en veillant bien à mettre les pieds à l’abri de tout vent froid. Votre actinidia aimera le soleil du matin et l’ombre dans l’après-midi.

Planter son kiwi de pépinière

Pour planter convenablement votre actinidia, une fois que vous l’avez acheté en pépinière, il faudra lui créer un trou profond où il sera beaucoup moins à l’étroit en hauteur. La profondeur va beaucoup plus jouer que la largeur du trou.

Le plant de kiwi venant de pépinière doit être bassiné pour que son système racinaire soit bien humide. Faites un mélange de terre (du trou) et de compost riche et mûr, qui servira à combler le trou une fois la motte déposée.

Déposez la motte et “l’arbre” en veillant bien à enterrer le bas des tiges qui iront s’accrocher sur la palissade. Penchez légèrement le plant en direction de l’appui qui est destiné à accueillir la liane.

Combler le trou, tasser et arroser. Certains rameaux peuvent être accrochés avec des cordelettes très souplement attachées. Il faudra compter 3 à 5 années de croissance avant d’espérer avoir des kiwis.

Palisser pour accueillir le kiwi

Le kiwi a besoin de trouver un soutien efficace dans sa croissance, car cela reste une liane fournie et vigoureuses. Vous pouvez opter pour une tonnelle, une pergola, un muret ou une palissade de bois. Choisissez une structure capable de supporter le poids des lianes et des sarments plus tard, car la plante dans son intégralité, avec les fruits, sera très lourde et forte.

Vous pouvez aussi installer des poteaux comme dans les cultures de kiwis de l’Adour, afin de faire une structure qui ne bougera pas de si tôt.

Conseils de culture des kiwis

Gel et actinidia ne font pas bon ménage. Il faut donc prévoir de bâcher sa plante au moment de la floraison, et autour des Saints de Glace, avec un voile d’hivernage. Plus vous avez de fleurs, plus vous aurez de kiwis. Si la plante est très rustique, ses fleurs en revanche ne supporteront pas le coup de gel tardif, inattendu et soudain.

Pour l’arrosage de votre actinidia, la plante aura besoin de beaucoup d’eau la première année qui suit le transfert depuis le pot de pépinière. En été, paillez avec une bonne épaisseur au pied de la plante. Ainsi, votre kiwi garde les pieds au frais, tout ce qu’il aime. Arrosez régulièrement si vous voyez que l’été est trop sec et rude.

Enrichir la terre à l’automne ne fera que le plus grand bien à votre actinidia. Un mélange de compost et de corne broyée sera idéal pour redonner du peps à la plante. En griffant légèrement la surface du sol, vous faites pénétrer ce mélange nourrissant.

La taille de l’actinidia

Enfin, pour la taille annuelle du kiwi, c’est en hiver que cela se passe, bien sûr. C’est essentiellement une taille qui vise à nettoyer, à faire en décembre ou en janvier, hors périodes de gel. Les branches, sarments et tiges mortes peuvent être coupées à ras. La taille en vert, quant à elle, peut être faite en juillet ou en août si vous voyez que votre actinidia est trop indiscipliné et part dans tous les sens. En faisant cela, vous rééquilibrerez la croissance de la plante et sa capacité à faire des fruits.

Supprimez les gourmands à leur base. Quant aux rameaux porteurs de futurs fruits, taillez-les 4 feuilles après les derniers fruits que vous voyez. Cette opération permettra à la sève d’aller directement là où elle est nécessaire, sans se perdre dans de la tige.

Récolter ses propres kiwis

Enfin, la récolte des kiwis tant attendue se fait à l’automne. Si vous avez taillé un peu, vos fruits seront plus gros. Certaines repousses peuvent survenir : continuez alors de tailler en ne gardant que 2 ou 3 feuilles, afin de bien revigorer l’arbre et de réorienter la sève.

Partager