6 insectes utiles pour le jardin

Tous les insectes du jardin ne sont pas nuisibles comme vous le pensez. En fait, il en existe quelques-uns qui peuvent être utiles, voire même indispensables pour favoriser le développement des plantes.

Chaque animal et insecte présent dans le jardin joue un rôle important dans l’équilibre du milieu. Découvrez dans cet article, six insectes qu’il ne faut pas chasser de votre jardin.

A lire aussi : Les utilisations de feuilles d'aluminium dans le jardin

Les abeilles

Ce sont des insectes très importants pour la planète tout entière. C’est l’un des premiers insectes pollinisateurs qui butinent les fleurs et transportent le pollen de plante en plante. De cette manière, la reproduction des végétaux est assurée.

A lire aussi : Ryobi RSH2545B : le broyeur de végétaux idéal pour les petits budgets

Le fait d’attirer les abeilles dans votre jardin serait alors très bénéfique si vous comptez avoir un verger ou un potager. Grâce à ses pollinisatrices, vos plantes se développeront très vite.

Les coccinelles

La coccinelle s’avère être très utile dans votre jardin. En effet, elle éloigne les pucerons et protège vos fleurs contre divers nuisibles comme : les cochenilles, les acariens, les aleurodes et l’oïdium.

Une seule de ces petites bêtes peut ingurgiter plus d’une centaine de ces insectes inutiles en une seule journée. Pour réussir à les attirer, fabriquez des petits abris et évitez l’usage des pesticides.

Les carabes

À l’âge adulte, cet insecte mesure à peu près 15 à 30 mm de long et possède six pattes qui facilitent son déplacement au sol. Quand le printemps arrive, le carabe sort de sa cachette pour se nourrir et se reproduire. Il se nourrit principalement des insectes connus pour ravager les cultures : les limaces, les escargots, les chenilles, les vers et les pucerons.

C’est un véritable petit prédateur qui tue sa proie sans la consommer. Ainsi, vous serez rapidement débarrassé des indésirables. Pour que les carabes viennent abriter dans votre jardin, laissez traîner des vieilles souches, des pierres plates ou encore des rondins de bois.

Les chrysopes

Les larves de chrysopes raffolent particulièrement les pucerons. Cela n’empêche qu’ils apprécient également les cochenilles, les mouches blanches ou encore les acariens. Au cours de son développement, elle peut avaler entre 200 à 500 pucerons.

Faites tout de même très attention, car cet insecte est très fragile. Évitez à tout prix de les manipuler. Découvrez sur un blog jardin d’autres astuces importantes qui vous aideront à mieux jardiner votre espace extérieure tout en respectant la nature.

Les syrphes

Physiquement parlant, les syrphes ressemblent à des guêpes à cause de leur corps jaune strié de noir. Or, c’est une mouche déguisée qui prend cette apparence pour éloigner les prédateurs. Elle possède de très gros yeux rouges et mesure environ un centimètre de long.

Vous pouvez la distinguer par sa manière de voler : il peut rester stationnaire ou au contraire voler très vite. Les adultes se nourrissent de nectar et de pollen. Ils font partie des insectes pollinisateurs.

Par contre, ce sont surtout les larves qui sont utiles aux jardiniers. Au cours de leurs développements, une dizaine de jours, ces asticots se nourrissent de pucerons. Une seule larve arrive à consommer pas moins de 700 pucerons jusqu’à ce qu’elle atteint sa taille adulte.

Pour les attirer, plantez des fleurs en laissant fleurir les mauvaises herbes telles que coquelicots, carotte sauvage, etc.

Le bourdon

Surnommé « pollinisateur de tomate », le bourdon est le seul spécialiste qui parvient à faire vibrer la fleur de ce fruit pour prendre le pollen à l’intérieur. Contrairement aux autres insectes pollinisateurs (papillon, abeilles mellifères, et syrphes), ce dernier arrive à voler plus longtemps c’est-à-dire jusqu’à 18 heures par jours.

Par conséquent, il lui arrive à visiter plus de fleurs que les autres insectes. Pour les aider à s’installer chez vous, placez un nichoir à bourdons dans votre jardin. Et plantez de la lavande, des capucines, du trèfle et du romarin.

Partager