Actu

La pyrale du buis

Le buis est un petit arbuste parsemé de feuilles. Généralement utilisé comme haie et plante de bordure, ce robuste arbuste s’adapte à tout type de climat. Toutefois, cette plante, qui est également utilisée comme plante de décoration, fait fréquemment l’objet d’attaque par les larves d’un insecte nommé la pyrale. Cet insecte est un papillon de la famille des Crambidae de l’ordre des Lépidoptères. La pyrale a fait du buis son unique régime. Elle se nourrit et consomme les pans entiers de cette plante. C’est ainsi qu’elle peut là consommer jusqu’à la destruction totale de ses plants. Dès lors, l’on s’interroge à savoir comment faire pour se débarrasser de ce nuisible. Dans la suite de cet article, vous découvrirez les méthodes de lutte les plus efficaces pour se débarrasser de la pyrale du buis. Cependant, avant d’en arriver là, nous marquerons un temps d’arrêt pour vous faire une description de cet insecte.

Qu’est-ce que la Pyrale du buis ?

La pyrale est incontestablement la plus grande ennemie des plantes du buis. En effet, la pyrale est un papillon nocturne aux ailes blanches bordées de marron. Régulièrement attiré par la lumière, cet insecte ravageur se diffère des autres papillons trouvés en France par son reflet doré. Toutefois, il faut noter que c’est la larve de la pyrale qui dévore les plantes du buis. Ces chenilles se nourrissent de la feuille du buis jusqu’à l’assèchement totale. Les larves du buis se reconnaissent par leur couleur verte ornée de striées longitudinale vert foncé incrusté de verrues noires.

A découvrir également : Fleurs et plantes vertes : un chiffre d'affaires d'environ 2,7 milliards d'euros chaque année

Origine 

La pyrale du buis est un insecte originaire de l’Asie et particulièrement de la Chine et du Japon. Elle fait sa première apparition en Europe en 2006 au sud de l’Allemagne, dans les zones frontalières entre l’Allemagne, la Suisse et la France. La thèse la plus probable est qu’elle serait arrivée en Allemagne dans les porte-conteneurs chargés de plantes. Cette thèse a été corroborée par le fait que les premiers signalements d’infestation ont été remarqués dans les zones de navigation intérieure et de trafic de conteneurs. Etant reconnu comme une espèce envahissante, en l’espace de quelques années, la pyrale du buis s’est rapidement répandue partout en Europe. 

Cycle de vie de la pyrale du buis 

La pyrale du buis à un cycle de vie qui couvre une période allant jusqu’à 3 mois. En effet, son cycle de vie commence en été par la ponte des œufs. Cela se fait sur la face intérieure des feuilles du buis. Le plus souvent, leurs œufs sont discrets et difficiles à voir. Les derniers à pondre leurs œufs la font souvent avant l’hiver.Après l’éclosion des œufs, les chenilles qui en sortent hivernent dans un cocon situé entre les feuilles du buis. Une fois libérées, les larves commencent à se nourrir à partir de la mi-mars en consommant les tissus mous de la face intérieure des feuilles de la plante. Après avoir atteint la fin de leur cycle de développement, les chenilles de la pyrale se transforment en chrysalide et puis en papillon au bout de 7 jours. Une fois devenu papillon, la pyrale à une expérience de vie de 8 jours. Durant ces 8 jours de vie, ce dernier pond des œufs pour engendrer la prochaine génération. Durant son stade adulte, la pyrale est en mesure de pondre jusqu’à 150 œufs. Ces œufs se transformeront également en insecte vorace. 

A lire également : Rocaille ensoleillée : quelles plantes choisir ?

Mode d’action

 Face à une invasion de la pyrale du buis, les dommages se font constater quelque temps après. Ainsi, ils peuvent aller des dommages mineurs à une destruction totale de la plante. Il faut noter que, plus la pyrale mettra du temps sur vos plantes du buis, plus les dommages seront graves. Tant que la plante leur offre de quoi se nourrir, elles ne quitteront pas pour rechercher un autre hôte. Au début de leur alimentation, les chenilles des pyrales se nourrissent des parties inférieures des feuilles de la plante. C’est après avoir terminé avec la feuille de la plante qu’elles s’attaquent à la tige. Pour faciliter son déplacement d’une feuille à l’autre, les chenilles de la pyrale tissent du fil. C’est ainsi qu’au fil du temps, vous constaterez que le buis infesté est entouré d’une véritable toile.Avec cette façon de faire, si ces ravageurs ne sont pas contrôlés à temps, ils finiront par détruire complètement la plante. Heureusement qu’il existe différentes méthodes de lutte contre les larves de ces insectes. Parmi celles-ci, les plus efficaces et respectueuses de l’environnement sont : l’utilisation des pièges à phéromones et la lutte biologique. 

Comment lutter contre la pyrale du buis ?

Comme nous l’avons mentionné plus haut, combattre les larves de la pyrale le plutôt possible vous permettra de sauver rapidement vos plantes du buis d’une invasion de ces bestioles. A cet effet, il est possible d’utiliser des pesticides chimiques pour les éradiquer rapidement. Cependant, le problème avec ces derniers, c’est qu’ils sont trop dangereux pour la biodiversité et l’environnement en général. En effet, en leur répandant, vous ne tuerez pas uniquement la pyrale, mais aussi d’autres insectes qui sont souvent utiles pour les plantes. En plus de cela, ces produits infestent le sol et toutes les autres cultures qui peuvent se retrouver aux alentours. Au vu de cela, les solutions les plus indiquées pour combattre ces bestioles restent l’utilisation des pièges à phéromones et la lutte biologique.

Utiliser des pièges à phéromones contre la pyrale du buis

L’utilisation des pièges à phéromone est une méthode de lutte qui a pour but de contrôler la population des pyrales. Dans un cadre général, il faut noter que la phéromone est une substance émise par les femelles d’une espèce pour attirer les mâles de la même espèce. C’est en se basant sur ce principe que les pièges à phéromone ont été conçu.Déjà, il faut mentionner que les larves de pyrales sont le plus souvent indétectables. Les pièges à phéromone permettent de détecter la présence des pyrales mâles dans les zones colonisées. Ainsi, en détectant les paillons nocturnes, on peut déjà en déduire la présence des larves des pyrales dans les haies du buis.Les pièges à phéromones peuvent être utilisés de deux façons pour lutter contre les pyrales du buis. En effet, lorsque vous l’utilisez pour détecter la présence des pyrales, vous pouvez continuer la lutte en cherchant à capturer autant de mâles que possible. Cela aura pour conséquence une réduction des partenaires sexuels pour les femelles. Alors, si elles n’ont plus de partenaire sexuel, elles ne pourront plus procréer. C’est ainsi que leur population continuera à diminuer tant que vous appliquerez la méthode.Une autre façon d’utiliser les pièges à phéromones consiste à s’en servir pour détecter la présence des pyrales et continuer la lutte avec une autre méthode biologique.A cet effet, vous pouvez continuer la lutte par une méthode biologique de votre choix. Toutefois, la méthode de lutte la plus appropriée est celle de l’utilisation du trichogramme. Elle a pour but d’éradiquer les œufs des pyrales.  Pour utiliser les pièges à phéromone, vous pouvez en acheter dans les boutiques en ligne ou dans les magasins comme les jardineries. Dans la plupart des modèles que vous trouverez, il faudra changer les phéromones qui s’y trouvent après 3 mois d’utilisation. Pour éviter de contaminer les phéromones, vous devez le manipuler avec les gants. La plupart de ces kits peuvent être utilisés pendant 5 ans. Pour ce qui est de l’aspect pratique, les pièges à phéromone sont fabriqués de sorte qu’ils peuvent être accrochés à une branche du buis ou être posé à proximité de la zone colonisée par les pyrales.Etant donné que les papillons ont trois cycles de reproduction qui sont répartis comme suit : de mai à juin, de juillet à août ou en septembre, il est convenable de placer votre piège à phéromone avant le début de ces trois cycles de reproduction. En observant de près, on constate que la période la plus indiquée pour le faire doit commencer en avril et peut s’étendre jusqu’en octobre.  

Utiliser la lutte biologique

Le principe de la lutte biologique consiste à utiliser des organismes vivants pour prévenir ou lutter contre les attaques de certains insectes nuisibles. Les organismes utilisés dans ce cadre-là sont également appelés les insectes auxiliaires.L’objectif de la lutte biologique n’est pas d’éradiquer complètement les insectes nuisibles. Mais elle vise plutôt à réduire leur population en dessous d’un seuil acceptable. Comme nous venons de le mentionner, dans la pratique de la lutte biologique, on fait intervenir des organismes auxiliaires pour combattre les insectes ravageurs. Ces organismes auxiliaires peuvent être :

  • Des agents pathogènes. En effet, il peut arriver que l’on utilise des bactéries, des champignons et des virus pour contaminer les ravageurs et les tuer ;
  • Des prédateurs. Généralement, ce sont des animaux qu’on utilise pour lutter contre les insectes ravageurs. Il s’agit par exemple des vertébrés, des nématodes et des insectes ;
  • Des parasitoses. Les parasitoses sont d’autres animaux qui pondent leurs œufs dans ceux des ravageurs. Leur but, c’est de laisser leurs œufs se nourrit de ceux des ravageurs. C’est ainsi que les siens finissent par détruire ceux des ravageurs. 

Dans le cadre de la lutte biologique contre la pyrale du buis, il faut noter que le traitement contre la pyrale doit se faire plusieurs fois par an. 

Utiliser les bacilles thuringiensis pour lutter contre la pyrale du buis

Les bacilles thuringiensis sont des insectes systémiques très efficaces pour lutter contre les chenilles des pyrales. Pour combattre la pyrale du buis avec les bacilles thuringiensis, il faut pulvériser sur toutes les plantes du buis la solution contenant ces micro-organismes. Pour ce faire, il faut bien les pulvériser au-dessus et au-dessous des feuilles. Nous avons mentionné plus haut que les pyrales pondaient leurs œufs sur les feuilles. Ainsi, en pulvérisant les deux côtés des feuilles, cela permettra de les éliminer complètement. Cette opération doit être répétée tous les mois ou une fois tous les 15 jours durant l’hiver.Néanmoins, il faut noter qu’après la première pulvérisation, vous constaterez une nette amélioration de la croissance des feuilles. Ce n’est pas pour autant dit que le problème a été résolu. En effet, les pyrales effectuent plusieurs couvées durant leur cycle de vie. Ainsi, en abandonnant après la première pulvérisation, les œufs non traités provoqueront une autre invasion de ces chenilles vertes.

Utiliser les trichogrammes

Une fois après avoir détecté la présence des premiers papillons sur vos plantes du buis, vous pouvez lâcher les trichogrammes pour empêcher le développement de leurs œufs. En effet, ces petites guêpes microscopiques sont des parasitoses qui colonisent les œufs des pyrales avec les siennes. C’est ainsi qu’ils les empêchent de se développer. Cela vous épargne d’une éventuelle invasion des pyrales sur vos haies du buis. L’efficacité de cette méthode réside dans le fait que les trichogrammes relâchés se reproduisent, engendrant ainsi une autre génération d’insectes qui continuera à combattre les pyrales.

Utiliser les chauves-souris 

Il existe des espèces de chauves-souris friandes des papillons du buis. Pour les utiliser pour combattre ces nuisibles, vous pouvez construire autour de vos plantes, du buis des gîtes de chauves-souris. En y nichant, ces prédateurs naturels vous aideront à réduire la population de ces nuisibles. Outre la lutte biologique et l’utilisation des phéromones qui sont efficaces pour lutter contre les pyrales du buis, il existe des astuces simples qui permettent également de combattre les pyrales du buis sans porter atteinte à la biodiversité. Il s’agit par exemple de la méthode de lutte physique et de l’utilisation des produits naturels comme le vinaigre blanc, le savon noir et l’huile de neem. La méthode physique est relativement simple et consiste tout simplement à enlever les feuilles infestées, les chenilles ou les œufs des pyrales avec les mains. De même, vous pouvez également vous en débarrasser en vaporisant les feuilles avec des puissants jets d’eau. Ainsi, cela permettra de détacher les nymphes endommagées, de se débarrasser des nids et des toiles de ces bestioles. Etant donné que les larves des pyrales sont extrêmement sensibles aux vibrations, vous pouvez également poser la bâche sous vos plantes du buis et les secouer pour faire tomber ces chenilles. 

Partager