Introduction à la permaculture, un concept en plein boom

permaculture

Ce printemps, la permaculture suscite beaucoup d’enthousiasme. Ceux qui sont à la recherche de méthodes de jardinage durables et respectueuses des ressources y trouveront plus que ce à quoi ils s’attendaient.

Inventé à l’origine par l’Australien Bill Mollison et son élève David Holmgren, le terme permaculture combine les deux termes anglais permanent et agriculture. Développé à l’origine pour l’agriculture, il englobe désormais les questions relatives à l’énergie, aux paysages et aux infrastructures sociales. En gros, il s’agit d’être économiquement, écologiquement et socialement durable avec les ressources existantes, la terre et nos semblables.

A voir aussi : Pourquoi choisir un fournisseur d'électricité verte ?

Pourquoi la permaculture ?

La plupart de nos aliments sont cultivés en monocultures, qui utilisent des produits chimiques, gaspillent les ressources et lessivent le sol. Il est impératif de trouver une alternative durable, car tout cela se fait au détriment de la nature, des autres personnes, des animaux et des plantes. En tant que chercheur, Morrison s’est préoccupé de cette question dans les années 1970. Il a donc passé plusieurs années à apprendre des Aborigènes une approche durable de la nature, car il s’est rendu compte de l’effet des monocultures sur nos sols et notre biodiversité.

Permaculture : Définition

Selon Bill Mollison, la définition originale de la permaculture est la suivante :

A lire en complément : Comment réussit son aménagement de jardin ?

La permaculture est la création et la gestion délibérée d’écosystèmes productifs sur le plan agricole qui possèdent la diversité, la stabilité et la résilience des systèmes naturels. La permaculture est une philosophie qui pense et se comporte avec la nature. Elle fixe trois priorités :

  • Protéger notre environnement (soin de la terre)
  • Prendre soin de nos semblables
  • Partager équitablement avec les autres.

Aujourd’hui, ce principe est appliqué à divers domaines, même en dehors de l’agriculture.

Holmgren et Mollison souhaitaient que le mouvement populaire de la permaculture change le monde de manière positive et durable.

La permaculture en application

La durabilité exige de la patience et du temps. Des formations à la permaculture sont dispensées dans le monde entier et offrent aux gens la possibilité d’apprendre les principes, de planifier et d’appliquer la permaculture, adaptée à l’environnement.

Les principes de la permaculture mettent l’accent sur l’approvisionnement local en nourriture et en énergie, la santé des sols et l’utilisation efficace des ressources. Dans le même temps, la demande de biens de consommation doit diminuer et la diversité doit augmenter au lieu de la monotonie. La permaculture permet aux humains, aux animaux et aux plantes de vivre en harmonie et de répondre aux besoins de chacun.

Observer la nature et apprendre d’elle est la première étape. L’environnement dans lequel le système de permaculture doit être créé est cartographié. Où y a-t-il plus ou moins d’humidité, et d’où soufflent les vents ? Un jardin productif peut être créé grâce à ces connaissances et au fait de savoir quelles plantes poussent mieux dans quelles conditions climatiques et lorsqu’elles sont à côté de plantes voisines. Un compost, un système de collecte des eaux de pluie et des sources d’énergie renouvelables sont utilisés pour optimiser les ressources et l’espace. En savoir plus sur la permaculture en consultant le site : https://permacultureformation.fr.

La permaculture est également applicable au milieu urbain.

Méthodes de culture écologiques

La permaculture utilise des méthodes écologiques telles que la rotation des cultures et le mélange d’espèces végétales complémentaires pour rendre le sol plus fertile et protéger les plantes contre les maladies. Le sol doit être paillé avec de la paille, des feuilles, du carton déchiqueté, et ameubli à l’aide de la fourche, après avoir utilisé différents types de compost et d’engrais. Il est également courant de cultiver sur des plates-bandes surélevées, cette méthode offre une plus grande surface cultivable, favorise la formation de racines et empêche l’accumulation d’eau. Les animaux et les plantes sont affectés les uns aux autres de manière à éviter les pertes d’énergie et de ressources.

Un mode de vie durable et persistant est la voie à suivre !

Partager