Jardin

Est-ce que les chenilles processionnaires sont mortelles ?

chenilles processionnaires

Se déplaçant à la queue leu-leu, les chenilles processionnaires sont facilement identifiables. Ce nuisible est également dangereux en cas de piqûre. Homme, animaux, les chenilles processionnaires représentent-elles un danger mortel ?

Qu’est-ce qu’une chenille processionnaire ?

La chenille processionnaire est un insecte à la fois dangereux et ravageur. Partout en France, la lutte contre la chenille devient une priorité à la fin de l’hiver, notamment en fixant des écopièges aux arbres.

A lire aussi : Comment choisir son abri de jardin ?

Pin, chêne, deux ravageurs très proches

Classé comme nuisible depuis 2022,La chenille processionnaire du pin est la larve d’un papillon de nuit présent à l’origine sur le pourtour méditerranéeen. Avec le réchauffement climatique, cet arthropode a étendu son aire de répartition. Désormais, on en trouve quasiment partout en France.

Une seconde espèce gagne également du terrain, la chenille processionnaire du chêne. Moins connue que celle du pin, la chenille processionnaire du chêne est tout aussi dangereuse et nuisible. Les deux espèces diffèrent uniquement par leur couleur et l’arbre dans lequel elles nichent.

A lire également : Comment se débarrasser des taupes dans le jardin ?

Comment identifier ce nuisible ?

L’identification de cet insecte est relativement simple. Sa présence dans les arbres est facilement détectable car les chenilles forment de gros cocons blancs à l’aspect fibreux en hauteur.

Au printemps, elles descendent le long des troncs en formant une procession. C’est à ce moment qu’elles sont le plus dangereuses en cas de contact.

Quel danger pour l’homme et les animaux ?

Les chenilles processionnaires ne se contentent pas de ravager les pins et les chaînes dans lesquelles elles nichent. Elles sont également urticantes.

Projection des poils urticants comme moyen de défense

Ces petites bêtes ont le corps entièrement recouvert de soie. Ces soies ne sont rien d’autres que des piquants très fragiles dont l’extrémité contient une toxine. Si les chenilles processionnaires perçoivent un danger, elles projettent immédiatement leurs piquants dans l’air.

Ces derniers se plantent dans la peau, libérant immédiatement une toxine très urticante. Ces poils très légers peuvent être transportés par le vent, ce qui augmente considérablement le risque de piqûre.

Quels risques pour la santé ?

La toxine libérée est inflammatoire et irritante, ce qui provoque dans :

  • 90% des cas, une réaction comparable à celle d’une piqûre d’ortie. Elle se caractérise par une inflammation rouge et chaude. Selon le degré de sensibilité, des boutons, des plaques ou des cloques se forment. La douleur est supportable ;
  • 10% des cas, une réaction allergique très forte. Même si elles sont rares, les formes les plus sévères peuvent se traduire par choc anaphylactique ou une perte de connaissance.

Les conséquences pour la santé humaine peuvent être tout aussi graves en cas de piqûres à l’œil, dans les oreilles ou dans la bouche.

Les chiens, les chats et autres animaux domestiques peuvent également être victimes de ce dangereux nuisible.

Comment lutter contre les chenilles processionnaires ?

La période la plus dangereuse se situe au printemps. Avec les beaux jours, les chenilles processionnaires descendent de leur nid en file indienne. C’est également le moment où elles sont le plus vulnérables.

Pour les attraper et les détruire, il suffit d’installer un écopiège. Celui-ci se présente sous la forme d’une gouttière qui se place tout au jour de l’arbre. Cette gouttière débouche dans un sac. En descendant le long de l’écorce, les insectes arrivent dans la gouttière, en font plusieurs fois le tour et finissent par entrer dans le sac guidé par la chenille de tête. Elles n’en trouveront plus jamais la sortie. Il ne reste plus qu’à le collecter et le détruire.

L’écopiège est le moyen le plus efficace pour lutter contre les chenilles processionnaires. Simple à mettre en œuvre, il est très sélectif en ne ciblant que ce nuisible. A l’inverse, un insecticide tue tous les insectes sans distinction, sans parler de la difficulté à cibler les chenilles processionnaires sans se faire piquer.

L’écopiège se révèle également très efficace en prévention.

Partager