Potager

Comment choisir une pompe pour votre fonction eau

La pompe à eau est l’élément vital de la plupart des plans d’eau. Dans un jardin d’eau ou un étang de koïs, la pompe assure la circulation, fournit de l’oxygène et fait fonctionner le filtre. Elle fournit également la vue et le son de l’eau en mouvement dans ce type d’élément aquatique et dans d’autres. Choisir la bonne pompe pour ce travail vous donne les meilleures chances de profiter au maximum de l’élément, pour vous-même comme pour les autres habitants de l’eau. Mais avec les centaines de modèles de pompes à eau pour bassins différents disponibles sur le marché, cela peut être décourageant. Cet article vous présente les différents facteurs à prendre en compte dans le choix d’une pompe afin de prendre une décision plus éclairée.

A lire en complément : Tout savoir sur le Pétunia

Étape 1. Déterminer le débit souhaité pour votre pompe à eau

Pompe-a-eau.info vous propose de nombreux facteurs permettent de déterminer le débit approprié pour votre élément d’eau dont :

Lire également : Tout savoir sur le Dahlia

  • Taille de l’étang. Pour les
    jardins d’eau (étangs avec des plantes et des poissons rouges),
    vous souhaitez faire circuler au moins la moitié de votre volume
    total toutes les heures. Cela signifie que pour un étang de 2000
    gallons, vous devriez pomper AU MOINS 1000 gallons par heure (GPH).
    Les étangs à koïs ont besoin d’un taux de rotation plus élevé
    et le minimum est le volume total chaque heure. Les bassins plus
    grands (plus de 5 000 gallons) peuvent commencer à diminuer le taux
    de renouvellement. En d’autres termes, selon la règle empirique
    antérieure, un jardin d’eau de 8000 gallons a besoin d’au moins
    4000 GPH, mais en fait vous pouvez vous en sortir avec moins.
    Toutefois, dans ces situations, vous devriez fortement envisager une
    aération supplémentaire sous la forme d’une pompe à air.
  • Effet visuel. Pour l’effet typique
    d’une chute d’eau, vous aurez besoin de 100-150 GPH par pouce de
    largeur de la chute d’eau. Cela signifie que même si l’étang ne
    contient que 1000 gallons, si vous souhaitez un déversoir de 12
    pouces, la pompe devra fournir environ 1200-1800 GPH. Pour un effet
    de ruissellement, vous pouvez utiliser un débit plus proche de 50
    GPH par pouce ou, pour un débit plus important, plus proche de 200
    GPH par pouce.
  • Autres équipements. La plupart
    des équipements de bassin tels que le filtre, l’écumoire ou le
    clarificateur à ultraviolets peuvent avoir une valeur minimale
    et/ou maximale fournie par le fabricant. Il est très important de
    respecter ces valeurs.

Étape 2. Déterminez quel type de pompe à eau est le plus approprié

Toutes les pompes à eau ne sont pas créées égales. Il existe quatre principaux types de pompes utilisées dans les aménagements aquatiques. Chacune a ses avantages et ses inconvénients et l’une d’entre elles peut être mieux adaptée à votre application que la suivante.

  • Pompe à entraînement direct. Une
    pompe à entraînement direct est simplement une pompe dont la roue
    est directement reliée à l’arbre du moteur. L’avantage principal
    des pompes à entraînement direct est la puissance. Dans une
    situation de pression de tête élevée (détaillée à l’étape 3
    ci-dessous), une pompe à entraînement direct peut toujours fournir
    de bons débits. On trouve aussi souvent des pompes à entraînement
    direct pour le traitement des eaux usées ou des solides. Celles-ci
    nécessitent moins d’entretien de la pompe elle-même, car les
    petits débris seront poussés à travers la pompe sans l’obstruer.
    L’inconvénient le plus notable des pompes à entraînement direct
    est leur coût d’exploitation plus élevé. Elles ont également
    tendance à ne pas durer aussi longtemps car les joints qui
    empêchent l’eau d’entrer dans le moteur s’usent, ce qui se produit
    encore plus rapidement si la pompe n’est pas correctement
    dimensionnée pour l’application.
  • Pompe à entraînement magnétique.
    Une pompe à entraînement magnétique utilise une roue fixée à un
    aimant. Lorsque la pompe fonctionne, l’aimant tourne, ce qui fait
    tourner la roue. Les pompes à entraînement magnétique peuvent
    être un excellent choix pour les situations à faible hauteur de
    charge. Elles n’ont pas la puissance nécessaire pour surmonter des
    pressions de tête élevées. Les principaux avantages des pompes à
    entraînement magnétique sont leur faible consommation d’énergie
    et leur longue durée de vie.
  • Pompe asynchrone. Ce type de pompe
    utilise également un champ magnétique pour faire tourner la roue.
    La principale différence est que la roue n’est pas directement
    reliée à un aimant. Contrairement à une pompe à entraînement
    magnétique, cette conception garantit que chaque fois que la pompe
    démarre
    , le rotor et la roue tournent dans le même sens à
    chaque fois. Cela permet aux pales d’être courbées au lieu d’être
    droites. Cela permet aux pompes asynchrones d’être plus efficaces
    et de fournir des débits beaucoup plus importants que les pompes à
    entraînement magnétique. La consommation électrique est
    équivalente à celle de la pompe à entraînement magnétique. Le
    plus grand inconvénient est que la conception nécessite un peu
    plus d’entretien pour que le rotor reste propre, sinon la pompe
    risque davantage de surchauffer ou de se gripper.
  • Pompe centrifuge externe. Ces
    pompes sont disponibles dans une large gamme de styles et de débits.
    Une pompe externe peut nécessiter un peu plus de plomberie et de
    planification et elles sont souvent plus coûteuses à l’achat, mais
    elles ont certainement leurs avantages. En général, vous pouvez
    obtenir plus de puissance avec une efficacité énergétique
    beaucoup plus grande. En outre, ces pompes ont tendance à avoir une
    très longue durée de vie.

Étape 3. Calcul de la pression de tête de votre pompe à eau

La pression de tête est la résistance contre la pompe qui diminue le débit global. Elle est mesurée en « pieds de hauteur ». Pour calculer la tête dynamique totale (TDH), nous devons tenir compte de plusieurs facteurs et utiliser un diagramme de flux fourni par le fabricant de la pompe ainsi qu’un tableau de perte de charge par frottement.

Le premier facteur est le plus simple. La hauteur de charge statique est simplement l’élévation dont la pompe à eau a besoin pour pousser l’eau. Pour en savoir plus n’hésitez pas à consulter notre blog pompe-a-eau.info !

Étape 4 Considérez la consommation d’énergie de votre pompe à eau

L’étape suivante consiste à évaluer la consommation d’énergie de votre pompe à eau. Les pompes peuvent varier considérablement en fonction de leur efficacité énergétique et du coût associé au fonctionnement continu.

Pour comprendre la consommation d’énergie, vous devez regarder l’étiquette énergétique qui indique le débit maximal et l’efficacité en termes de pourcentage, ainsi que la puissance électrique requise exprimée en watts (W) ou kilowatts (kW). Plus cette valeur est haute, plus cela signifie un besoin en électricité supérieur.

Maintenant, les fabricants proposent des pompes modernisées dotées d’une technologie innovante incluant notamment une régulation intelligente. Celle-ci permettra, par exemple, aux pompes Grundfos Alpha 2L et Wilo Stratos PICO, entre autres, de minimiser leurs besoins totaux d’électricité grâce à leurs systèmes modulaires intégrés dans les installations. Vous pourrez ainsi réaliser des économies sur le long terme tout en misant aussi sur l’écologie.

Étape 5 Évaluez la durabilité et la fiabilité de votre pompe à eau

Lorsque vous choisissez une pompe à eau, vous devez prendre en compte la durabilité et la fiabilité. Ces deux éléments sont cruciaux pour garantir un fonctionnement optimal et sans problème sur le long terme. Il existe plusieurs facteurs à considérer lors de l’évaluation de ces caractéristiques.

Le premier facteur est la qualité des matériaux utilisés dans la construction de votre pompe à eau. Les pompistes recommandent d’opter pour des modèles construits avec du plastique ABS ou du bronze, car ils ont prouvé leur résistance face aux problèmes courants tels que les fuites, les fissures ou encore une usure trop rapide. Si vous avez besoin d’une pression plus élevée pour vos besoins en eau, il peut être judicieux de choisir une pompe dotée d’un boîtier en acier inoxydable.

Viennent ensuite les dispositifs qui améliorent grandement la fiabilité : dispositif anti-retour intégré (clapet), protection contre le manque d’eau grâce au flotteur intégré (pour éviter tout endommagement lié au manque d’eau) ainsi qu’un système anti-vibration empêchant toute transmission des vibrations nuisibles vers l’environnement extérieur.

Un dernier point fondamental concerne l’entretien régulier. Si vous voulez assurer un fonctionnement durable et fiable de votre pompe à eau, il faut respecter scrupuleusement son entretien : nettoyage régulier afin d’éviter toute obstruction due aux saletés ou bien encore remplacement des éléments usés ou endommagés. Les pompistes ont coutume de recommander une révision annuelle. Cela permet effectivement de détecter rapidement tout problème qui pourrait affecter le fonctionnement et la fiabilité de votre pompe à eau, ainsi que d’envisager des réparations ou un remplacement si nécessaire.

Lorsque vous êtes sur le point d’acheter une nouvelle pompe à eau pour votre maison ou votre entreprise, vous devez tenir compte de ces différentes étapes afin que ce choix soit le plus adapté possible aux besoins du quotidien.

Partager