Jardin

Tout savoir sur le lombricompost

Derrière le mot « lombricompost », il y a « lombrics ». Oui, on parle bien de ces vers. Le lombricompost est un fertilisant obtenu par les lombrics. De nombreux jardiniers adoptent ce fertilisant qui est un engrais naturel. Faisons le point sur le lombricompost.

Le lombricompost, kesako ?

Vers de terreDans le sol, les lombrics se nourrissent de déchets organiques. Par la suite, leurs déjections enrichissent la terre. Ce sont ces vers qu’on utilise pour le lombricompost que d’autres jardiniers appellent aussi le vermicompost. Ce fertilisant est très bénéfique pour le potager, les plantes et le gazon.

A voir aussi : Comment entretenir des jacinthes en pot : astuces et conseils pour une floraison optimale

Il est possible de composer soi-même son lombricompost en achetant le nécessaire. Cependant, vous pouvez vous permettre de fabriquer un lombricomposteur. La seconde option est plus avantageuse, car vous pourrez réutiliser vos déchets ménagers, notamment vos restes alimentaires, le marc de café, les épluchures de fruits et de légumes. Vous pouvez trouver plus d’infos sur le sujet sur https://www.eco-worms.com/fr/.

Même si on peut prendre des cheveux, des végétaux ou mêem du carton pour la fabrication de son lombricomposteur, les protéines animales, les agrumes, l’oignon et l’ail ne sont pas recommandés, car ce sont des éléments trop acides et non dégradables.

A voir aussi : Ce qu’il faut savoir pour bien choisir son hamac

Le lombricomposeteur dispose de quatre plateaux. Dans le premier plateau, on a des déc hets frais, dans le second des déc hets en cours de digestion par les lombrics et dans le troisième des déchets transformés en compost solide. Le dernier plateau est le bac collecteur de jus qu’on appelle le lombrithé. Ce dernier est un engrais liquide qu’il faut diluer à 10% avant l’utilisation.

On peut comprendre la réticence de certains jardiniers en herbe par rapport au lombricomposteur par rapport aux déchets à utiliser. Rassurez-vous : le lombricomposteur n’émane aucune odeur. Vous pourrez alors le placer sur votre terrasse, sur votre balcon ou dans votre jardin.

Les vers qu’on utilise dans le lombricomposteur

On ne peut pas prendre tous les espèces de vers pour son lombricomposteur. On distingue différentes espèces de lombrics et dans la nature, ils ne font pas le même travail. Pour votre lombricomposteur, il faut les vers qui se trouvent dans les premiers 20 cm du sol. L’idéal pour votre fabrication de lombricompost, ce sont le ver rouge de Californie, le ver de fumier et/ou le Dendrobaena veneta.

Pour ce lombricomposteur, il ne faut pas une tonne de vers. Quelques vers feront l’affaire, car notez qu’en une seule journée, ils peuvent produire en déjections l’équivalent de leurs poids. Attendez-vous également à voir votre petite famille de lombrics s’agrandir, car ces vers se reproduisent très rapidement. Sachez également que les vers ont une très bonne durée de vie, ce qui fait que ces vers-là pourront vous accompagner sur plusieurs années. Pour le bon développement de ces vers et pour une bonne production de lombricompost, il faudra créer un environnement humide, ventilé et sombre à une température entre 5 et 30°C.

Oui, le lombricompost est riche en humus, mais pour il serait judicieux de le compléter avec le terreau. Ce dernier servira de support de culture et le lombricompost va être utilisé en tant qu’enrichisseur de la terre. Ces deux éléments vont se compléter pour nourrir la terre.

Les avantages du lombricompostage

Le lombricompostage présente de nombreux avantages qui en font une méthode de compostage particulièrement intéressante. Il s’agit d’une solution écologique permettant de réduire considérablement les déchets organiques produits au quotidien. En transformant vos épluchures de légumes, restes de repas et autres déchets alimentaires en un engrais naturel, vous participez activement à la préservation de l’environnement.

Le lombricompost est un fertilisant exceptionnel pour les plantations et les cultures. Grâce aux nutriments qu’il contient et à sa teneur élevée en humus, il améliore la structure du sol, favorise la croissance des végétaux et renforce leur résistance face aux maladies et aux parasites. Les jardiniers amateurs comme professionnels reconnaissent son efficacité remarquable pour obtenir des récoltes abondantes et saines.

Autre avantage non négligeable : le lombricompostage peut être réalisé aussi bien en intérieur qu’en extérieur. Si vous n’avez pas accès à un jardin ou si vous habitez dans un appartement, pas d’inquiétude ! Un petit lombricomposteur peut facilement trouver sa place dans votre cuisine ou sur votre balcon. Vous pouvez ainsi profiter des bienfaits du compostage même sans espace extérieur.

Le processus de lombricompostage est relativement simple à mettre en place et ne nécessite que peu d’entretien. Les vers se chargent eux-mêmes de décomposer les matières organiques grâce à leur travail acharné dans le composteur. Il suffit de veiller à maintenir les conditions optimales, telles que l’humidité et la température adéquates, pour assurer le bon fonctionnement du système.

Pensez à bien souligner que le lombricompostage permet de réaliser des économies substantielles en matière d’engrais et de terreau. En produisant votre propre compost grâce aux déchets organiques recyclés, vous évitez d’avoir recours à des fertilisants chimiques coûteux et préservez ainsi votre porte-monnaie tout en préservant l’environnement.

Au vu de tous ces avantages écologiques, agronomiques et économiques, le lombricompostage s’impose comme une alternative durable au traitement des déchets organiques. En adoptant cette pratique dans notre quotidien, nous contribuons à réduire notre empreinte carbone tout en créant un cercle vertueux où nos déchets deviennent une source précieuse pour nourrir la Terre.

Comment créer et entretenir son lombricomposteur

Pour créer votre propre lombricomposteur, vous aurez besoin de quelques éléments essentiels. Choisissez un contenant adapté à la taille de votre foyer et au volume de déchets organiques que vous produisez régulièrement. Un bac en plastique robuste fera parfaitement l’affaire. Veillez cependant à percer des trous dans le fond du bac pour assurer une bonne aération et éviter les problèmes d’humidité.

Une fois équipé du bon contenant, il est temps d’introduire les principaux acteurs du processus : les vers composteurs. Les plus recommandés sont les vers Eisenia foetida ou vers rouges californiens. Ces petits travailleurs infatigables se nourrissent des matières organiques présentes dans le lombricomposteur et les transforment en un compost riche en nutriments.

Il faut fournir aux vers une alimentation équilibrée pour garantir leur bien-être et leur efficacité dans la transformation des déchets organiques. Évitez toutefois de mettre certains aliments qui peuvent nuire à leur développement comme la viande, le poisson, les produits laitiers ou encore les agrumes acides.

Pour maintenir un environnement propice au lombricompostage, veillez aussi à garder une humidité adéquate dans le composteur en ajoutant régulièrement un peu d’eau si nécessaire. Le taux idéal se situe entre 60% et 80%. Une couche de papier journal humide posée sur le dessus du compost peut aider à conserver cette humidité.

En ce qui concerne la température, gardez votre lombricomposteur dans un endroit où la température ne dépasse pas les 25°C et ne descend pas en dessous de 10°C. Les vers sont sensibles aux variations extrêmes de température, il faut veiller à leur confort.

L’entretien du lombricomposteur est relativement simple. Veillez à remuer régulièrement le compost avec une fourchette ou un outil adapté afin d’aérer le mélange et favoriser la décomposition des matières organiques. Si vous observez une accumulation excessive d’humidité ou des odeurs désagréables, ajoutez quelques poignées de matière sèche comme du carton déchiqueté pour équilibrer le tout.

En ce qui concerne la récolte du lombricompost, deux options principales s’offrent à vous : soit vous prélevez régulièrement le compost prêt à être utilisé sur les côtés du bac sans perturber les vers, soit vous utilisez un système de plateaux empilables permettant aux vers de migrer naturellement vers le plateau supérieur lorsque celui en-dessous est plein.

Créer et entretenir son propre lombricomposteur demande un peu d’attention mais présente de nombreux avantages écologiques et agronomiques. En transformant nos déchets organiques en compost riche grâce au travail acharné des vers, nous participons activement à la préservation de l’environnement tout en produisant notre propre fertilisant naturel. Alors n’hésitez plus, lancez-vous dans cette pratique durable et bénéfique pour tous !

Partager