Équipement

Comment choisir le bon disjoncteur pour votre installation électrique

Faire le choix d’un disjoncteur nécessite d’être méticuleux sur certains aspects. Ce dispositif assure un rôle crucial dans la sécurisation de votre circuit électrique, et donc, de vos biens et de votre maison en cas de surtension électrique. Pour faire le bon choix, plusieurs critères sont à prendre en compte. Dans cet article, on vous fait le point pour vous aider à choisir le bon disjoncteur pour votre installation électrique.

Les types de disjoncteur existants

Il faut comprendre avant tout qu’il existe trois types de disjoncteur qui se caractérisent par leur fonction principale.

Lire également : Comment démarrer un motoculteur Briggs et Stratton ?

Le disjoncteur général ou disjoncteur d’abonné

C’est un dispositif qui agit sur toute la ligne électrique de l’habitation. Il est directement lié au tableau et au compteur électrique. De ce fait, ce dispositif doit être en mesure de couper l’alimentation électrique de la maison en cas de surcharge ou de court-circuit.

Le disjoncteur différentiel

Autrement appelé disjoncteur de fuite à la terre, c’est un modèle conçu pour détecter les fuites de courant. Il a pour fonction principale de protéger les personnes contre d’éventuelles électrocutions. Pour connaître combien de disjoncteur sur un différentiel, fiez-vous à la norme électrique NF C 15-100.

A découvrir également : À quoi sert une défonceuse ?

Le disjoncteur divisionnaire

À l’inverse des deux types de disjoncteur cités plus haut, ce dernier permet de sécuriser une seule ligne électrique. En cas de surcharge de courant, il ne protège que les appareils qui y sont reliés.

Prendre en compte le type de circuit électrique a installé

Le choix d’un disjoncteur doit se passer en premier lieu sur la nature du branchement à effectuer. Sur ce point, la norme NF C 15-100 impose des règles à respecter afin de garantir la sécurité optimale de l’habitation. Prendre connaissance de ces réglementations vous sera utile, non seulement dans le choix à faire, mais aussi pour être en mesure de les appliquer, car elles sont obligatoires.

Un non-respect de cette norme comporte des risques graves liés à votre sécurité, mais aussi à celle des autres. Il peut aussi impacter sur votre finance si l’expert envoyé par l’assureur constate des anomalies d’installations.

Les indicateurs à prendre en compte pour choisir le disjoncteur

Outre les types de disjoncteurs cité plus haut, il faut aussi définir le choix en fonction des deux aspects suivants :

Le calibre du dispositif

Les disjoncteurs présents sur le marché ne sont pas tous pareils. Ils se diffèrent par leur seuil d’intensité en courant électrique. Ces données correspondent aux calibres du disjoncteur. Elles sont exprimées en Ampère A et sont comprises entre 2 A et 32 A.

Le choix du calibre est à définir en fonction de la nature du circuit électrique. Pour alimenter un chauffage, par exemple, il faudra un disjoncteur doté d’un calibre de 25 A en moyenne. Les disjoncteurs 10 A sont adaptés pour les circuits d’éclairage. Pour les appareils plus puissants, il faudra un disjoncteur 32 A.

La section du conducteur ou l’épaisseur du câble

L’épaisseur du câble à utiliser est aussi un élément important dans le choix d’un disjoncteur. Sa valeur augmente en fonction du calibre de ce dispositif. En guise d’exemple, un disjoncteur 10 A nécessitera une section de 1.5 mm², tandis qu’un autre doté d’un calibre de 25 A aura besoin d’un câble de section de 4 mm². N’hésitez pas à consulter la norme en vigueur pour connaître quelle épaisseur de câble pour quel usage et pour quel disjoncteur.

Partager