Engrais azoté : à la recherche du juste équilibre

azote engrais

L’azote est un élément indispensable à la croissance des organismes vivants, plantes et micro-organismes. Il permet de constituer les protéines de toute vie organique. Si un excès d’azote sous forme d’ions nitrate entraîne une pollution des eaux superficielles et souterraines, une carence aura des effets délétères sur la productivité des cultures. Il est donc important d’utiliser l’engrais azoté avec justesse et précision afin d’en récolter les bénéfices sans les inconvénients. Différents équilibres d’engrais azotés existent, suivant les besoins des cultures. Une estimation permettra d’optimiser la productivité tout en limitant les risques de pollution.

L’azote : un élément au centre de la vie

De l’azote sous toutes ses formes

L’azote constitue le ciment du métabolisme des plantes : il est un facteur de croissance mais également garant de la qualité des récoltes. Sa présence ajustée au niveau de la dose et du stade d’application déterminera par exemple la quantité de protéines présentes dans les céréales à paille.

Dans le sol, l’azote est présent sous deux formes :

  • Organique, dans l’humus et les matières organiques formé suite à la décomposition des résidus des récoltes précédentes.

et

  • Minérale, par la présence d’ammonium (NH4+) et le nitrate NO3-.

Les plantes n’absorbent pas l’azote sous sa forme gazeuse, le recours à un engrais azoté permet d’apporter l’azote sous une forme directement assimilable par la plante.

Des excès évitables par des estimations préalables

Lorsqu’il est répandu en excès sur les sols, l’azote devient un risque environnemental de par la nature soluble des ions nitrates et l’impossibilité de stockage par le complexe argilo-humique du sol.

Il est donc conseillé :

  • d’ajuster le plus possible la quantité d’engrais à apporter
  • de fractionner les apports en fonction des besoins de la plante
  • d’éviter de faire des apports sur sol gelé ou enneigé.

En partenariat avec des organismes officiels (INRA, ARVALIS…) TIMAC AGRO a adapté ses gammes de produits azotés aux contraintes pédoclimatiques pour allier productivité, qualité et respect de l’environnement.

Vers une utilisation raisonnée de l’engrais azoté

Le fonctionnement et les bénéfices de l’engrais

L’azote et le potassium sont les deux éléments les plus consommés par la plante pour assurer sa croissance et la fabrication de ses protéines constitutives.

Les fertilisants azotés sont donc des catalyseurs de croissance qui complètent l’azote fourni par le sol via la minéralisation de l’humus pour répondre aux besoins spécifiques des cultures dans l’écosystème pédoclimatique.

Il existe des méthodes de mesure et de calcul pour estimer et ajuster la dose d’engrais à administrer.

La recherche d’un équilibre entre rendement et protection de l’environnement

Plus l’azote minéral est apporté de façon précise et juste, plus la plante a une dose optimale pour grandir sans apports excessifs pour une agriculture écologiquement intensive et performante.

L’efficacité se traduit donc par une limitation des risques de transfert de l’azote dans l’eau ou dans l’air.

Au-delà d’une recherche d’équilibre de la fraction d’azote, c’est le dosage de tous les éléments de la fertilisation (phosphore, potassium, magnésium…) qui va déterminer l’efficacité de l’azote.

Plutôt que de chercher des alternatives moins coûteuses mais hasardeuses à l’utilisation des engrais azotés, un épandage raisonné permettra d’optimiser la croissance et la qualité de la récolte, tout en évitant les excès de nitrate et les lessivages les eaux souterraines.

Partager