Comment faire un jardin japonais ?

Le jardin japonais

Indissociable de la culture japonaise ce jardin, dans son acceptation courante, n’a pas un but utilitaire, ni décoratif ou sens strict, mais est plutôt considéré comme une œuvre d’art destinée à la contemplation et son symbolisme doit être interprété. Il est tout d’abord conçu dans son intégralité, contrairement aux jardins occidentaux souvent envisagé comme divisé en plusieurs partie.

Souvent de taille modeste et systématiquement clos, il est pensé comme étant une vision, en plus petit, de la nature. D’ailleurs les spécialistes considèrent que la réalisation d’une jardin est proche de l’art de l’estampe paysagère : c’est une représentation d’un paysage naturel.

Principes et éléments

L’art du jardinage est à l’origine religieux et ésotérique donc lié à un enseignement ”secret”, bien évidemment, la réalisation d’un véritable jardin japonais fait appel à des connaissances artistiques et techniques extrêmement pointues. Les spécialistes sont issus d’écoles de pensée multi séculaires et nombre d’éléments importants sont intimement liées à la culture nippone dont ces réalisations font partie intégrantes. Disons alors que l’on va définir les éléments de base d’une réalisation japonisante.

Tout d’abord, on doit penser la réalisation dans sa globalité, le résultat doit être, dans un espace restreint, une représentation la plus fidèle d’un paysage plus important. Pour cela on joue avec les illusions d’optique : plantes de grande taille devant, celles plus petite au fond pour donner une impression de profondeur, utilisation de bonzaïs pour simuler des arbres plus grands, mise en place de plans d’eau pour jouer sur les effets miroir.

La réalisation dans la pratique

Plus que pour d’autres projets paysagistes, un plan précis doit être réalisé. On choisira bien évidemment, plutôt des espèces orientales, avec pour chacune une prédilection pour celles dont la taille va rester modeste et si possible garder au cours de sa vie le même encombrement : ce type de jardin, pensé globalement dès l’origine, doit garder sa configuration figée dans le temps, si on veut rester dans la tradition, une clôture sera réalisée pour en définir les limites. L’eau, si cela est possible, est un élément important à la fois en tant qu’élément visuel mais aussi sonore (fontaine, eau courante).

Des éléments purement minéraux sont plus courants que dans les jardins occidentaux avec un but de recréation de reliefs montagneux à base de rocailles. Pour typer encore plus, on peut utiliser des parties en sable et en gravier où l’on dessinera des motifs avec un râteau. La notion de chemin est importante en cela qu’elle permet au paysagiste de guider le visiteur vers les points de vue choisis, et contribuent à l’esthétique générale.

Partager